Les grandes villes du royaume d'Espagne
     
Séville
Naples
Lisbonne

Séville
   
À l'époque où Tirso de Molina écrit El Burlador de Sevilla, Madrid est la capitale officielle de l'Espagne, mais Séville est, sans conteste, la ville la plus importante et la plus prospère du royaume. C'est dans la seconde moitié du XVIe siècle que cette ville atteint son apogée.
Port fluvial sur le Guadalquivir, Séville est le plus grand carrefour marchand entre l'Europe et les colonies d'Amérique.
Elle reçoit d'un côté les galions remplis d'or et d'argent, et de l'autre ceux qui livrent les nombreuses marchandises que l'Europe fournit à l'Espagne, en échange de ses richesses.
Le roi a d'ailleurs imposé à ses colonies de ne commercer qu'avec l'Espagne, aussi la quasi-totalité du trafic passe par Séville et cela se traduit par un mouvement de centaines de navires par an.
De plus, l'animation, née de ce négoce, s'associe à une vie sociale exubérante qui distingue Séville de toutes les autres cités espagnoles.
Madrid: Plaza Mayor au XVIIe
   
Séville - de Francisco Pacheco - Madrid -
Cette ville est originale, tant par son activité économique intense, que par sa population bigarrée et sa mentalité toute particulière. L'ambiance y est même électrique car l'argent qu'on y brasse ne se gagne pas sans risque et le trafic avec les Indes occidentales est jalonné de périls qui peuvent engendrer la ruine. Que ce soit pour conjurer le sort, oublier les dangers des grandes traversées, ou simplement fêter la richesse, les Sévillans ont choisi l'insouciance et l'ostentation. Même les religieux sont gagnés par cette fièvre et le Chapitre déclare, en décidant la création de la cathédrale :
Elevons un monument qui fasse croire à la postérité, que nous étions fous.
   
Sous ce climat méridional, le luxe et les réjouissances incessantes ne peuvent qu'inciter à l'exagération voire à la débauche. Don Juan y est donc parfaitement à l'aise. Séville est la ville idéale pour assouvir tous ses appétits et il peut la croquer avec d'autant plus de volupté qu'elle a la réputation de posséder aussi les femmes les plus belles et les plus élégantes du royaume.
Dans la deuxième journée, Octavio le rappelle à son valet, quand il dit :
    Octavio :
    (…) Oui, mon cher, et une femme de Séville ! Et si tu veux savoir, afin de t'étonner, Séville est la patrie des hommes beaux et forts, mais elle donne aussi des femmes gracieuses. Une mantille en dentelle qui voile un beau visage, un éclat où se cache un pur soleil, si ce n'est à Séville, où les trouverait-on ?

El guadalquivir - Sevilla
   
Costume de Séville
De plus, la topographie particulière de la ville, héritée des Arabes, la rend propice aux jeux de l'amour. C'est notamment le cas du quartier de Santa Cruz, qui a gardé son aspect de médina avec ses rues étroites, ses balcons et ses fenêtres grillagées, dans lequel Don Juan intercepte le billet doux destiné au marquis de La Mota :
Pour vous, Marquis, par cette grille, on m'a donné un message des plus galants, sans voir celui qui me le donnait. Seulement par la voix, j'ai su que c'était une femme.
Peut-on imaginer cette scène dans une des grandes artères froides de Madrid ? Parce qu'elle est pétillante, luxueuse, secrète et dangereuse, Séville est le théâtre urbain idéal pour faire évoluer un séducteur et un burlador comme Don Juan et, elle joue ainsi dans la pièce, pour le public de l'époque, un rôle de premier ordre.