Le théâtre français au XVIIe siècle

Durant le XVIIe siècle, le théâtre français atteint un véritable apogée, grâce à un concours de circonstances particulièrement heureux qui conjugue la qualité des auteurs dramatiques, la considération de Louis XIV et le développement de lieux de représentation stables.
   
En fait, dès le début du siècle, Louis XIII et Richelieu donnent déjà une forte impulsion à l'expression théâtrale. Le Premier ministre est amoureux du théâtre et encourage fortement le mécénat en sa faveur.
Le roi, qui s'aligne sur sa politique culturelle, installe officiellement à l'Hôtel de Bourgogne, à Paris, une troupe qui prend dès lors le titre de “ Comédiens
du roi ”.
Il publie par ailleurs, en 1641, une déclaration qui affirme la dignité de la profession de comédien et fait taire, pour quelque temps, la querelle sur le théâtre entretenue par l'Église.
   
Sous le règne de Louis XIV, le théâtre se développe considérablement et devient à la mode.
D'autres troupes, comme celle du Marais, ou plus tard celle de Molière, entrent en concurrence avec les “ Comédiens du roi ”. et l'émulation est stimulante pour la production autant que l'évolution des genres. L'influence étrangère, qui vient d'Italie et d'Espagne, est aussi source de dynamisme et de renouvellement. Ainsi, les Comédiens italiens, présents à Paris tout au long du siècle, font évoluer la mise en scène avec l'introduction du théâtre à machines et avec un jeu d'acteurs qui donne une place importante au mouvement et à la gestuelle.
Les Comédiens Italiens par Watteau
National Gallery of Art de Washington
   
Madeleine Béjard dans
"les Précieuses Ridicules"
De même, la Comedia espagnole apporte un souffle nouveau à la création et inspire fortement les auteurs français qui puisent directement dans son répertoire.
Le genre théatral est en pleine mutation. Si la farce connaît un regain de succès au début du XVIIe siècle, elle s'éclipse presque complètement avec la disparition des principaux acteurs qui assuraient sa réussite et avec l'évolution du goût du public.
La pastorale, directement inspirée de pièces italiennes et fort en vogue au XVIe siècle et au début du XVIIe, décline à son tour.
La tragi-comédie, extrêmement prisée durant ce siècle, laisse peu à peu sa place aux deux genres dont elle s'est fait le conciliateur temporaire : la tragédie et la comédie qui triomphent dans la deuxième moitié du siècle. Un nouveau théâtre régulier s'impose, régi par des règles strictes.
   

Malgré cette effervescence, la situation du théâtre en France est très paradoxale à la fin du XVIIe siècle. S'il occupe une place importante dans la société, il a perdu le soutien du roi sous l'influence de Mme de Maintenon et se retrouve à nouveau en conflit avec l'Église.
Avec la mort des principaux auteurs dramatiques qui ont fait sa renommée, le théâtre classique s'éteint lui-aussi, avec le siècle.

Texte de publicité - 1675