Les personnages de la Commedia dell'Arte

Les zanni
Les vieillards
Le capitan


À côté de ces personnages, que l'on rencontre tous dans les versions italiennes de Don Juan, il en reste un qui n'apparaît pas, mais qui mérite aussi l'attention, celui du capitan espagnol.
Son absence vient peut-être du fait que le Il Convitato di pietra trouve son inspiration dans une pièce espagnole et que de nombreux personnages restent espagnols dans l'adaptation faite par la Commedia dell'Arte. Les auteurs n'ont alors pas jugé nécessaire d'ajouter un autre personnage représentant le royaume d'Espagne.
Les capitans n'ont pas une nationalité précise, à l'origine, mais l'usage a voulu qu'ils soient souvent représentés sous les traits de l'occupant espagnol.
Ils deviennent alors peu à peu “ matamoros ” et bafouillent en castillan. L'Espagne étant alors maître d'une grande partie de la péninsule italienne, le capitan permet la moquerie.
Affublé d'abord de l'habit propre à l'armée de Charles Quint, il revêt par la suite des tenues de plus en plus fantasques. On le charge ainsi d'une cuirasse hérissée, de panaches, et on lui met un blason devant et derrière qui représente souvent un porc-épic.
Ses moustaches prennent des proportions gigantesques et il incarne le bellâtre ridicule et dupé, le soldat qui a peur de son ombre.
Capitan Spavento
 
Son langage est exagéré, agaçant et fanfaron et son masque est destiné à accentuer le contraste entre son aspect redoutable et un naturel couard.
C'est ainsi que la Commedia dell'Arte exorcise celui qui la colonise.
Il faut cependant se souvenir que les premiers capitans étaient italiens et d'une poltronnerie sans limite et Scaramouche, né à Naples, est un des plus populaires.
   
Scaramouche
Gravure de Nicolas Bonnart
Coll de l'auteur
Cette galerie de portraits, fixes et changeants, s'adapte à toutes les intrigues.
C'est donc assez aisément que l'histoire de Don Juan a pu les intégrer.
Elle fait alors partie des multiples canevas qui fournissent aux troupes de la Commedia dell'Arte, une intrigue de base, propre à mettre en scène tous ces types que le public connaît parfaitement.
Leurs particularismes d'origine se sont peu à peu estompés pour se fondre dans les cultures des pays qui les ont accueillis, mais ils sont tous issus du terroir italien et en reflètent autant la diversité que la complexité.